Alfonsina STRADA !

Publié le par association de liloufoc à liloustic

 

Alfonsina Strada: un visage rond et gracieux, mais aussi une détermination féroc

Alfonsina Strada: un visage rond et gracieux, mais aussi une détermination féroce. DR

23/05/2013

Le fabuleux destin d’Alfonsina Strada

Cyclisme/Tour d'Italie • L’Italienne Alfonsina Strada est la seule femme à ce jour à avoir participé, et bouclé, le Tour d’Italie avec un peloton d'hommes. C’était en 1924. Près de 80 ans plus tard, un livre lui rend hommage.


 

On dit de cette «femme-coureur» qui roule les jambes à l’air, qu’elle est atteinte de «biciclettite»! Le futur «diable en jupe» s’appelle Alfonsina Morini. Elle naît en 1891 dans une campagne italienne à la pauvreté endémique, sans eau ni électricité, où 80% de la population est analphabète. Mais la petite «Fonsina» est dotée d’un instinct supérieur à l’atavique fatalisme ambiant. Deuxième enfant d’une fratrie de neuf, elle seconde sa mère pour aider ses petits frères jusqu’au jour où – miracle – son père ramène une bicyclette à la maison. Elle a dix ans.

A la fin du XIXesiècle, le cyclisme féminin est considéré comme un excès, une déviance ou une extravagance. Quelques compétitrices italiennes se distinguent pourtant lors de courses telles que la Milan-Paris. La reine d’Angleterre comme celle de Hollande se sont mises à la bicyclette. Tout cela arrive jusqu’aux oreilles de la jeune Alfonsina, si bien qu’à 13 ans, elle décide qu’elle deviendra à son tour une championne. Ses parents se couvrent de honte. Alfonsina s’en va participer aux courses locales, leur disant qu’elle se rend à la messe. Un jour, elle se mesure aux garçons, remporte la compétition et s’en revient avec pour prix un cochon!

Record du monde de l’heure

Carlo Messori, un redoutable pistard masculin, de dix ans son aîné (et qui deviendra bien plus tard son second mari), se prend d’affection pour Alfonsina. Il la conseille pour s’entraîner et courir. Lorsqu’il est invité en 1909, à participer au Grand Prix de Saint-Pétersbourg, il l’entraîne dans son sillage. La participation de cette italienne attire l’attention du tsar Nicolai II et de la tsarin Alessandra qui lui remettent une médaille. En 1911, elle établit le record du monde de l’heure féminin à 37,192km/h, un exploit qui lui ouvre les portes de l’Europe.

A Milan, elle rencontre Luigi Strada qui, à côté de son travail de ciseleur, est un bricoleur-né et construit des bicyclettes dans son «laboratoire». Elle l’épouse et il lui offre un vélo de course en cadeau de noces. Alfonsina participe à des courses à travers toute l’Italie et crée des émules. De 1912 à 1914, surnommée «La Lisette italienne», elle devient une vedette des vélodromes parisiens. Elle doit cependant attendre 1917 pour atteindre son but ultime: se mesurer aux hommes. Elle prend ainsi part à deux tours de Lombardie aux côtés des célèbres Girardengo et Pélissier.

La chance lui sourit en 1924 lorsque le Giro d’Italie manque d’inscrits. Les équipes se sont brouillées avec les organisateurs et boycottent la course. Tous les participants le sont ainsi à titre individuel. L’organisateur, la «Gazzeta dello Sport», a du flair et l’engage aussitôt: la présence inattendue d’une femme pourrait bien distraire la foule le long du parcours et attirer l’attention des lecteurs. Ainsi débute à l’âge de 33 ans, son incroyable aventure. Petite, musculeuse, le visage rond et gracieux, elle dégage une détermination féroce, munie de son sac à bandoulière contenant des chambres à air de secours, des outils, du fil pour réparer un trou dans un pneu, une clé anglaise, des sparadraps et une éponge humide afin de nettoyer les plaies lors de chutes éventuelles.

Départs en pleine nuit

Avec ses 3610km répartis en 12 étapes de 230 à 415km, soit 9 à 17 heures en selle et un jour de repos entre chaque étape, la seizième édition du Giro d’Italie n’est pas précisément une promenade de santé. Les départs ont presque toujours lieu en pleine nuit, avec pour seule lumière, celle des phares des automobiles. Sur 108 inscrits, se présentent seulement 90 coureurs et 60 abandonneront en cours de route…

Alfonsina casse sa roue libre et termine la première étape plus de deux heures après le vainqueur, morte de fatigue, mais heureuse. Les premières lignes publiées par les journaux ont suscité la curiosité du public: la «corridera» n’est donc pas un phénomène de cirque, mais une femme qui pédale avec vaillance! La seconde étape attire ainsi de nombreux curieux. Elle termine 56e, battant même 9 coureurs avec une bonne heure d’avance! En deux étapes seulement, elle assied sa popularité. Alfonsina ne veut pas ravir une médaille, mais tient simplement à démontrer que le sexe dit faible peut réaliser la même épreuve que le sexe dit fort.

Le clou de la troisième étape est l’hommage que lui rend le roi Victor-Emmanuel III. D’admiration, il lui fait porter par l’un de ses émissaires à cheval un énorme bouquet de fleurs et une bourse contenant 5000lires! Les gestes de soutien se multiplient. La septième étape des Apennins est un enfer pour les coureurs. Beaucoup parmi eux, y compris Alfonsina, s’agrippent quelquefois aux motos de l’escorte. Le jury ne tient pas compte des dénonciations, sans quoi il aurait dû disqualifier et pénaliser la moitiédes cyclistes!

 

L’aide d’une concierge

A la huitième étape, son guidon se rompt. Elle qui a déjà chuté plusieurs fois et souffre d’un genou, n’a ni pièce de rechange, ni mécanicien à disposition. Une concierge vient à son secours. La brave dame casse en deux son manche à balais, en offre la moitié et elles ficellent ensemble cet accessoire insolite sur la potence. Pour la troisième fois, elle est dernière et arrive hors du temps maximum imparti. D’après le règlement, elle n’a plus qu’à boucler ses valises. Comme il y a eu le précédent de deux autres coureurs on l’autorise elle aussi à poursuivre hors classement.

La dixième étape-marathon annonce un parcours de 415 km, un véritable calvaire! Lazzaretti, vainqueur ce jour-là, a couvert la distance en 17h29mn12s à une vitesse moyenne supérieure à 23km/h… On dit que ce Giro a rapporté quelque 50000lires à Alfonsina si l’on compte la valeur des coupes, des médailles et les souscriptions reçues, une somme énorme à cette époque. Avec stupeur et admiration, les journalistes italiens qui furent sceptiques ou irrévérentieux à son égard lui donnent à la suite une notoriété internationale. Même Mussolini fait savoir qu’il serait enchanté de la rencontrer pour connaître cette femme extraordinaire qui, désormais, fait honneur à l’Italie… Au Giro 1924, sans champion ni page publicitaire, Alfonsina Strada, avec plus de 28 heures de retard sur le vainqueur Guiseppe Enrici, en devient la véritable protagoniste. Et si la femme était l’avenir de la bicyclette? I

> Paolo Facchinetti: «Gli anni ruggenti di Alfonsina Strada. Il romanzo dell’unica donna che a corso il Giro d’Italia assieme agli uomini», Miti dello Sport 6, Ediciclo Editore, 2004.

 

 

 

Morte sur sa moto

La fin du Giro marque le début d’une autre vie pour Alfonsina Strada. Désormais, «la reine des manivelles» est invitée dans de nombreuses kermesses et se produit dans des vélodromes ou des spectacles de variétés. Elle pédale aussi sur des rouleaux et sa vitesse s’affiche sur un cadran géant, atteignant une vitesse vertigineuse, une spécialité qui était née en 1910 à Berlin. Elle s’exhibe dans la fameuse «roue de la mort» avec son vélo et quelquefois à moto. Elle jongle avec les horaires de train, les restaurants et les hôtels, devenant une véritable pro de la pédale.

Plus tard,elle se retire pour ouvrir un magasin de vélos, fréquente les champions Cavanna et Coppi. Elle vend quelques trophées pour s’acheter une moto et se pointer au départ de courses où elle salue d’anciens champions et journalistes. Alfonsina meurt en 1959, à l’âge de 68 ans, au guidon de sa Guzzi 500. Le même jour, Khrouchtchev envoie la première fusée sur la lune. Dans le même temps, une étude de scientifiques anglais annonce que «la femme comme pilote spatiale» est beaucoup plus résistante que l’homme…


claude marthaler- LaLiberté.ch - 23 mai 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alice 29/05/2013 09:04

Super!!!!
Merci de ce bel article