Il faut bien que les riches dépensent leur argent !

Publié le par association de liloufoc à liloustic

Le Point.fr - Publié le 30/08/2012 à 07:44 - Modifié le 30/08/2012 à 08:02

Un entrepreneur français a eu l'idée de s'allier avec les meilleurs artisans d'art pour créer des objets hors norme. Et ça marche !

Un très bel ordinateur Louis XV.

Un très bel ordinateur Louis XV. © Emmanuelle Trecolle / AFP

 

Assortir son ordinateur au décor Louis XV, Louis XVI ou Empire d'un bureau de style est maintenant possible grâce au travail d'un entrepreneur français qui a su rassembler les meilleurs artisans d'art autour d'un projet : marier tradition et haute technologie. Les PC de la grande distribution et leur triste plastique gris s'effacent maintenant devant les ordinateurs que fabrique Georges Chirita dans son atelier de la banlieue parisienne, avant qu'ils ne soient habillés d'écrans plaqués or, soutenus par des colonnes en marbre où trônent des aigles impériaux et accompagnés de souris et de claviers gainés de cuir.

 

"Au début, tout le monde était étonné de voir un lustre Louis XV avec des ampoules électriques. Maintenant, ça n'étonne plus personne", explique M. Chirita, créateur d'origine roumaine de ces luxueux appareils, assis devant une bibliothèque où se mêlent manuels d'informatique et ouvrages sur les Arts décoratifs. "L'ordinateur n'était considéré jusqu'alors que comme un outil. Arrivé à maturité, il est maintenant plus facile de le considérer comme un objet de luxe", a constaté cet ingénieur, électronicien de formation, arrivé en France il y a 22 ans.

"Travail d'horloger"

Il décide alors d'exploiter les richesses artistiques de la France dans un domaine inédit : le design des ordinateurs. Il choisit donc de privilégier trois styles, dominants selon lui, Louis XV, Louis XVI et Empire. Pour réaliser son idée, à la fin des années 1990, M. Chirita fait des maquettes, des prototypes. Il monte lui-même tous les composants informatiques dans son atelier, mais achoppe sur la réalisation des décors de style. Il se rend notamment compte qu'il n'obtiendra pas le résultat attendu avec des outils modernes. L'entrepreneur part donc à la recherche d'artisans d'art qui puissent mettre au service de son projet "leur savoir-faire extraordinaire transmis de génération en génération", tout en respectant le style, les proportions spécifiques et les éléments décoratifs propres à chaque modèle.

 

L'accueil est d'abord méfiant, il faut du temps à M. Chirita pour obtenir la confiance de ces artisans plus habitués à réhabiliter des pièces chargées d'histoire que de se frotter au high-tech. "Mais une fois qu'ils ont compris le principe et se sont aperçus que cela ne dévalorisait pas leur travail", l'entrepreneur a réussi à se faire intégrer dans le circuit, "très fermé" selon lui, des artisans d'art. S'il réalise lui-même 80 % de l'ordinateur, dont toute la partie électronique, il sollicite ces derniers selon leur spécialité : travail du marbre, de l'albâtre, du lapis-lazuli ou de la malachite, tournage des pièces en métal ou dorure du boîtier. Vient ensuite l'assemblage dans son atelier, un "vrai travail d'horloger" réalisé avec de petites vis, elles aussi recouvertes d'or.

À partir de 17 000 euros...

Les prix de ces ordinateurs de luxe sont le reflet du soin et des luxueux matériaux utilisés : ils débutent à 17 000 euros. Ensuite, "tout dépend du style et des finitions", précise M. Chirita. Tout est possible, selon le goût du client : pièces en or massif ou plaqué, ajout d'initiales ou d'un blason. "Nous travaillons principalement avec des architectes décorateurs, les personnes fortunées n'ont pas le temps de s'occuper de ça elles-mêmes. Parfois, nous ne connaissons même pas le client final", indique-t-il.

 

"La clientèle est internationale à 90 %", explique encore M. Chirita, qui, à défaut de donner plus de détails sur sa riche clientèle, précise que les Chinois aiment la finition brillante, les clients du Golfe persique l'or mat, et que les Américains ne montrent pas de préférence marquée. Quant au nombre de ces ordinateurs très spéciaux vendus chaque année, il est lui aussi secret, tout juste saura-t-on que les ventes sont confidentielles, car il ne faut pas "banaliser le produit".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article