La "Gobi March"

Publié le par association de liloufoc à liloustic

Sport extrême: une Belge en course dans le désert de Gobi

86136446_216eb94a61.jpg

photo flickr

 

Dorian de Meeûs

 

Mis en ligne le 05/06/2012, lalibre.be

 

Les difficultés ne se limitent pas aux conditions climatiques. Les 168 participants doivent courir en autonomie quasi-complète.

Récemment, le magazine Time classait l’ultra-marathon ‘Gobi March’ parmi les 10 courses les plus difficiles de la planète. Et pour cause, cette course à pieds de 250km en 7 jours dans le désert de Gobi (Nord de la Chine & Mongolie) est réputée pour ses conditions climatiques excessives. Les températures y sont très variables et peuvent atteindre 50 degrés dans certaines parties enclavées de ce somptueux désert asiatique où s’enchaînent dunes, montagnes, plaines et lits de rivières. Les difficultés ne se limitent pas là, puisque les 168 participants (dont 28 femmes) doivent courir en autonomie quasi-complète. Seuls les tentes et les réserves d’eau sont transportées par les organisateurs.

Particularité de cette édition 2012 qui sera officiellement lancée ce 9 juin ? Une Belge âgée de 36 ans, actuellement expatriée en Chine pour raisons professionnelles, sera sur la ligne de départ. Mère de 3 enfants, Virginie Goethals livre à LaLibre.be les raisons de sa participation : « J'ai toujours fait beaucoup de sport, mais ai vraiment commencé à faire de la distance il y a deux ans lors de notre arrivée à Pékin. Courir, c’est un moment de détente dans notre vie trépidante et me permet de trouver une forme de paix intérieure. Mais avant tout, cela me permet d'aller à la rencontre des Chinois en dehors du centre de Pékin dans des petits villages et hameaux. »



Peu de vêtements, ce n’est pas un concours de beauté

Le but de la « Gobi March » est d'accomplir 250 km en 7 jours dans le plus grand désert d’Asie : quatre étapes de 40km, une de 80km et une de 10 km. Chaque participant est responsable de son matériel et de son alimentation. Cette quasi-autonomie totale est une contrainte de taille qui se fera vite ressentir. « Mon sac à dos pèse 8,6kg ( plus 1,5l d'eau) et contient principalement du matériel de secours et de la nourriture. Je table sur 15.000 calories pour 7 jours, en sachant que le minimum à prévoir est de 14.000 calories. Il faut également prévoir des vêtements adaptés, car il fait chaud la journée dans la région de Kashgar (30-35°) et très froid la nuit. Mais là aussi, ce n’est pas un concours de beauté, donc je me limite au stricte minimum. » nous précise la Belge lors de sa préparation.

 

Virginie Goethals a enregistré plusieurs beaux résultats lors de récents marathons et semi-marathon… l’envie de passer à un niveau supérieur était devenue trop grande. Il fallait bien qu’elle succombe à l’excitation et la beauté des courses extrêmes et aux très longs mois d’entrainements et de préparation physique. Sur la route de la soie, le désert de Gobi, offre effectivement des paysages splendides, mais les conditions de la courses découragent les amateurs de tourisme. En clair, les motivations ne sont pas que sportives : « Je cours au profit de Morning Tears (www.morningtears.org), une asbl créée par le Belge Koen Sevenants en Chine. Cette association est également active en Belgique. Son but est de donner une structure familiale stable à des enfants dont un parent est en prison. » Cette motivation supplémentaire sera sans doute très utile lors de probables moments d’épuisements et de découragements.

 

Publié dans nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article