Perplexe encore...

Publié le par association de liloufoc à liloustic

Cherche mère porteuse "aventureuse" pour porter bébé de Neandertal

Le Point.fr - Publié le 22/01/2013 à 17:18

Un célèbre généticien de l'université Harvard se verrait bien en "père" du tout premier clone d'un hominidé disparu depuis 30 000 ans. Explications.

La résurrection serait désormais à portée de notre cousin, l'homme de Neandertal © Pierre Andrieu / AFP

La résurrection serait désormais à portée de notre cousin, l'homme de Neandertal © Pierre Andrieu / AFP

 

Ramener l'homme de Neandertal à la vie en ayant recours à une mère porteuse : le scénario semble tout droit sorti d'un film de science-fiction, un brin angoissant... Pourtant, celui qui propose d'en faire une réalité est un éminent généticien, le professeur George Church de la prestigieuse faculté de médecine américaine d'Harvard. Celui-là même qui fut l'un des instigateurs, dans les années 80, du Human Genome Project, qui permit le séquençage du génome humain. Dans les colonnes de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, le scientifique assure en savoir à présent assez sur l'ADN de notre lointain cousin néandertalien, disparu de la surface du globe depuis environ 30 000 ans, pour envisager son clonage.

 

"La réussite dépend de nombreux paramètres, mais je pense que cela est possible", affirme-t-il au journal germanique.

 
 

"Les technologies nécessaires progressent plus vite que jamais. En particulier, celles qui permettent de lire ou de synthétiser l'ADN sont aujourd'hui un million de fois plus rapides qu'il y a seulement sept ou huit ans", explique-t-il. Finalement, la seule chose qui lui manquerait encore pour se lancer serait une femme suffisamment "aventureuse" pour accepter de porter un bébé de Neandertal. Appel à candidature lancé !

"Ils pourraient devenir une force politique"

Mais alors comment s'y prendrait-il ? Le génome de notre lointain cousin étant déjà à sa portée, il le tronçonnerait en 10 000 morceaux qu'il synthétiserait avant de les introduire dans des cellules souches humaines. En reproduisant l'opération suffisamment de fois, il créerait ainsi une ligne de cellules souches de plus en plus proche de celles de l'homme de Neandertal. "Nous avons même développé un procédé semi-automatique nécessaire pour y parvenir dans mon laboratoire", précise-t-il. Enfin, il s'agirait d'injecter ces séquences à un tout jeune embryon humain qui serait ensuite implanté dans l'utérus d'une mère porteuse humaine.

 

Quant à l'opportunité d'une telle entreprise, George Church ne semble étrangement guère en douter. "Neandertal devait penser différemment de nous. Nous savons qu'il avait une boîte crânienne plus importante que la nôtre. Il pourrait même être plus intelligent que nous. Ainsi, quand le temps sera venu de lutter contre une pandémie ou bien encore de quitter la Terre, il est possible que sa tournure d'esprit nous soit secourable", estime-t-il. Un seul individu suffirait-il ? "Non, il faudrait certainement créer une cohorte afin qu'il puisse se forger une identité. Ils pourraient même créer une culture néo-néandertalienne et se constituer en force politique", imagine-t-il.

 

Mais le but principal de George Church serait d'accroître la diversité. "Rien n'est plus mauvais que l'absence de diversité. Cela est vrai pour la culture comme pour l'évolution, pour les espèces comme pour les sociétés", plaide-t-il. Pas sûr toutefois que ces arguments suffisent à convaincre la communauté scientifique. Certains collègues de Church s'inquiètent déjà des risques potentiels pour la mère ainsi que pour l'enfant qui pourrait bien ne pas survivre du fait d'une immunité défaillante.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article