A la recherche de l'aviatrice Amélia Earhart

Publié le par association de liloufoc à liloustic

 

A la recherche de l'aviatrice Amélia Earhart

Avec certains indices et beaucoup d'hypothèses, une équipe part le 2 juillet dans le Pacifique sur la piste d'Amelia Earhart, 75 ans après la disparition en mer de la célèbre aviatrice américaine.

storybild

Le 2 juillet, une vingtaine de scientifiques et archéologues partiront à la recherche d'Amelia Earhart. (photo: AFP)

 

Pour la dixième fois en 23 ans, les passionnés «d'archéologie aéronautique» de l'association Tighar (The International group for historic aircraft recovery) vont repartir vers l'île Nikumaroro (Kiribati) pour tenter d'étayer leur hypothèse: l'aviatrice a survécu quelque temps au crash de son avion.

 

«Cette fois-ci, nous partons chercher des débris de l'appareil», a indiqué Richard Gillespie, directeur général de Tighar.

Le 2 juillet 1937, Amelia Earhart, 39 ans, accompagnée du navigateur Fred Noonan, accomplissait la dernière étape d'un tour du monde par l'est en longeant l'équateur, à bord d'un bimoteur Lockheed Electra.

L'aviatrice aux multiples records, dont celui de la première femme à avoir traversé l'Atlantique, était partie ce jour-là de Nouvelle-Guinée pour rallier l'île Howland où elle devait se ravitailler en carburant avant d'atteindre la Californie.

«Théorie de l'île Gardner»
 
Quelques heures après le décollage, elle annonçait dans un dernier message radio qu'elle n'arrivait pas à localiser l'île et que «le carburant commençait à baisser».

Puis plus rien. Malgré les recherches lancées par le président Franklin D. Roosevelt, aucune trace de l'avion n'était détectée et les deux aviateurs étaient considérés comme disparus en mer.

Pourtant, une théorie différente a été, année après année, patiemment documentée par l'association : les deux aviateurs ont pu se poser sur l'île Gardner, minuscule atoll inhabité et alors britannique (Nikumaroro aujourd'hui) et y ont survécu quelque temps alors que leur avion était emporté par la mer.

 

«Aucune preuve formelle»

Le 2 juillet, une vingtaine de scientifiques et archéologues quitteront Honolulu (Hawaï) avant d'explorer le site pendant dix jours et notamment, pour la première fois, une fosse en eau profonde à l'ouest de l'île.

Leur navire sera équipé d'un appareil à capteurs et sonars qui dressera la carte du relief sous-marin, secondé par un engin contrôlé à distance déjà utilisé pour récupérer les boîtes noires du vol 447 Air France Rio-Paris abîmé en mer en 2009.

 

Si des débris sont trouvés, ils seront photographiés et leur position enregistrée avant une nouvelle expédition, explique M. Gillespie.

Le directeur de Tighar n'a «aucune preuve formelle» que l'aviatrice se soit posée là mais il en a la conviction, dit-il, étayée par un faisceau de découvertes, recoupements d'hypothèses et analyses diverses accumulées au fil de ce qu'il nomme lui-même une «enquête policière».

 

Petits indices

Ainsi, des objets américains existant dans les années 1930 ont été retrouvés sur l'île alors inhabitée: un pot de crème anti-taches de rousseur - Amelia Earhart détestait les siennes paraît-il - une lame de canif, un poudrier, une semelle de chaussure de femme, un morceau de plexiglas.

A cela s'ajoutent des traces de campements, des squelettes d'oiseaux consommés. Des habitants de l'île, occupée quelques années après le crash, ont évoqué des débris d'avion. Des bouts d'ossements ont été retrouvés mais leur analyse ADN «n'a rien donné», dit-il.

 

M. Gillespie est certain qu'une naufragée s'est retrouvée sur l'atoll et pour lui, «il s'agit d'Amelia Earhart».

La disparition de l'aviatrice avait tellement marqué l'Amérique que des théories jamais prouvées avaient circulé après sa mort, dont celle qui en faisait une espionne emprisonnée par les Japonais. L'expédition, soutenue par le gouvernement américain qui a apporté une aide technique et diplomatique, donnera matière à un documentaire sur la chaîne Discovery. Son coût, de deux millions de dollars, est financé par des fonds privés.

 

20Minutes.ch, 12 juin 2012

Publié dans actualites

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article